Trump fera-t-il son baroud d’honneur en Iran?

Cliché de l’armée américaine ce 30 décembre montrant un bombardier B52 en route pour le Golfe.
Cliché de l’armée américaine ce 30 décembre montrant un bombardier B52 en route pour le Golfe. - Roslyn Ward/US AIR FORCE/AFP.

C’est un fait évident depuis maintenant longtemps : avec Donald Trump, tout est possible. Et cela même lors des derniers jours qu’il doit prester comme président des États-Unis avant le 20 janvier. Tout ? Des frappes contre l’Iran, par exemple. La coutume institutionnelle américaine veut certes qu’un président qui se retire – surnommé « lame duck » (canard boiteux) ne prenne pas d’initiatives guerrières. Mais Trump se soucie-t-il vraiment de la coutume ?

Les signes, en tout cas, s’additionnent depuis plusieurs jours. Dès la mi-novembre déjà, des fuites à Washington avaient indiqué que le président avait convoqué une réunion avec les plus hauts responsables afin d’envisager les options militaires possibles contre la République islamique d’Iran. Il avait été dit, à l’époque, que les hauts gradés de l’armée avaient tout fait pour le dissuader d’avancer sur cette piste.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct