«Chaque personne est différente face au deuil»

Au centre de « Pieces of a Woman » : Vanessa Kirby (à d.), stupéfiante.
Au centre de « Pieces of a Woman » : Vanessa Kirby (à d.), stupéfiante. - Netflix

Kornél Mundruczó, c’est cet insaisissable réalisateur hongrois, à l’esprit parfois torturé, qui aime se jouer de la frontière entre réalité et rêve. Explorer les mythes (celui de Jeanne d’Arc dans Johanna ou de Frankenstein dans Tender Son). Interroger l’humain. Un habitué des festivals internationaux (White God a par exemple remporté le prix Un certain regard au Festival de Cannes en 2014) qui propose avec Pieces of a Woman, présenté à la Mostra en septembre, un film plus personnel, écrit par son épouse Káta Weber. L’histoire d’un couple qui doit faire face à la perte d’un enfant. Sa manière d’affronter le deuil. De renaître.

Ce film est très différent ce ceux que vous avez faits avant, notamment car il touche à votre histoire personnelle. Et en même temps il a ce sentiment commun de tristesse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct