Expos: des fleurs figées, des femmes en lutte et des aventuriers prisonniers

Expos: des fleurs figées, des femmes en lutte et des aventuriers prisonniers
Michaël Dans

Des fleurs, des fleurs et encore des fleurs. Au premier regard, la salle qu’occupe Michaël Dans au Musée de la photographie est un véritable catalogue Gonthier mural. Des dizaines de fleurs y sont photographiées et exposées en un long ruban coloré où les images sont collées les unes aux autres sans possibilité de respiration.

Plus qu’une devanture de fleuriste, cet ensemble évoque une sorte de mausolée célébrant ces beautés éphémères qui terminent leur vie dans un vase, au milieu d’un espace anonyme. Déjà auteur d’un livre sur le sujet, Michaël Dans a développé celui-ci en vue de cette exposition, réalisant de nombreuses nouvelles images. « Durant le confinement du printemps, j’ai eu l’occasion de m’y consacrer, sourit-il. Lorsqu’on les voit alignées ici, elles semblent figées comme nous durant le covid. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct