Les «refuges pour ivrognes» font leur retour en Russie

En 2009 à Stavropol.
En 2009 à Stavropol. - Eduard Korniyenko/Reuters

La nouveauté, c’est une vieille pratique qui a sombré dans l’oubli », dit un vieil adage russe. Ainsi, afin de lutter contre l’alcoolisme qui – selon les politiciens – a atteint des « chiffres inquiétants » dans de nombreuses régions de la Fédération de Russie, le Kremlin a décidé de dépoussiérer les vytrezviteli , littéralement « stations de désintoxication ». Créées à l’époque tsariste et devenues tristement célèbres sous Staline, ces cellules, où les ivrognes ramassés dans la rue étaient enfermés jusqu’à ce qu’ils dégrisent, avaient été abolies il y a dix ans. Mais pour les députés de la Douma, qui ont soutenu la loi signée à la fin de l’année par Vladimir Poutine et entrée en vigueur ce 1er janvier, les « refuges pour ivrognes » constituent la dernière arme dans la lutte contre l’alcoolisme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct