Trumpistes aux Etats-Unis et gilets jaunes en France, même combat?

Emmanuel Macron, solennel, est intervenu depuis l’Elysée, dans la nuit de mercredi à jeudi. Derrière lui, la bannière étoilée avait été ajoutée aux drapeaux français et européen.
Emmanuel Macron, solennel, est intervenu depuis l’Elysée, dans la nuit de mercredi à jeudi. Derrière lui, la bannière étoilée avait été ajoutée aux drapeaux français et européen. - AFP

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le ton d’Emmanuel Macron était extrêmement grave lorsqu’il est intervenu depuis l’Elysée. « Je veux dire notre lutte commune pour que nos démocraties sortent plus fortes de ce moment que nous vivons tous aujourd’hui », a-t-il déclaré solennellement, sur le coup des trois heures du matin, finissant même son propos en anglais devant une bannière étoilée. Du jamais vu.

Le président français songeait-il à cet instant au mouvement qui l’avait lui-même ébranlé à l’hiver 2018 et dont les braises, deux ans après, ne sont toujours pas totalement éteintes ?

Les images du Capitole rappelaient des scènes d’extrême violence lors du mouvement des gilets jaunes : lorsque des manifestants s’étaient approchés de l’Elysée, avaient saccagé l’Arc de Triomphe, incendié une préfecture et défoncé avec un engin de chantier la porte d’un ministère.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct