«Je ne pensais pas qu’on me laisserait dans une telle détresse»

«Je ne pensais pas qu’on me laisserait dans une telle détresse»
BELGA.

Les étudiants de l’ULiège ne sont pas les seuls à subir du stress en raison d’un renvoi en seconde session. Claire* est étudiante en master à l’Université catholique de Louvain. Très récemment, l’un de ses colocataires s’est vu testé positif au covid-19. « Je ne présentais pas de symptômes. Mais l’université nous avait prévenus que si nous avions été en contact avec une personne positive, nous ne pouvions pas venir passer nos examens. » Pensant que l’université ne la laisserait pas dans une « situation injuste », la jeune femme prend contact avec la présidente de jury de sa faculté. Elle ne s’attendait pas à recevoir la réponse suivante : « Selon la décision prise par la faculté, aucune alternative n’est possible pour les personnes dans ton cas. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct