Sidération et rumeurs de destitution pour Trump, après l’assaut contre le Capitole

«Si ça avait été des manifestants du mouvement Black Lives Matter, ils auraient été traités très différemment de la foule hargneuse qui a attaqué le Capitole», s’est insurgé le président-élu Joe Biden, jeudi, depuis son fief du Delaware.
«Si ça avait été des manifestants du mouvement Black Lives Matter, ils auraient été traités très différemment de la foule hargneuse qui a attaqué le Capitole», s’est insurgé le président-élu Joe Biden, jeudi, depuis son fief du Delaware. - Reuters

Ils sont cent, plus un. Cent élus démocrates, sur les 538 représentants et sénateurs que compte le Congrès des Etats-Unis, plus un républicain, Adam Kinzinger, de l’Illinois, à réclamer la peine politique capitale pour Donald Trump : une destitution éclair, sous treize jours, pour empêcher le 45e président des Etats-Unis de sévir plus avant. Fût-ce de pardons envers des individus dangereux, de nouvelles incitations à une insurrection générale, ou des frappes aériennes contre l’Iran, histoire de détourner l’attention.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct