Avant, le rock était à demi mou

C’est une soirée karaoké qui fut décisive pour la formation de Viagra Boys. Sebastian Murphy en rit encore: «Le bassiste m’a entendu chanter du Mariah Carey. Il m’a forcé à commencer à répéter avec le groupe. Chanter devant des gens me mettait mal à l’aise. C’est devenu plus facile quand j’ai mis mes lunettes solaires.»
C’est une soirée karaoké qui fut décisive pour la formation de Viagra Boys. Sebastian Murphy en rit encore: «Le bassiste m’a entendu chanter du Mariah Carey. Il m’a forcé à commencer à répéter avec le groupe. Chanter devant des gens me mettait mal à l’aise. C’est devenu plus facile quand j’ai mis mes lunettes solaires.» - DR

Sur ce deuxième album de la bande emmenée par le méga tatoué Sebastian Murphy figure un morceau intitulé « I feel alive ». Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce dernier n’a justement pas eu trop de mal à se sentir vivant ces derniers temps. « C’est peut-être horrible à dire, mais j’ai eu beaucoup plus l’occasion de me consacrer à d’autres choses. J’ai vécu ma vie le plus normalement possible. Et puis, en Suède, il y a eu beaucoup moins de restrictions qu’ailleurs (NDLR : notre interview a été réalisée début décembre), ce qui fait que nous avons toujours pu voir les amis, répéter avec le groupe, enregistrer encore d’autres morceaux…  »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct