La présidence portugaise de l’Union européenne veut remettre «l’Europe sociale» à l’avant-plan

Le Premier ministre portugais Antonio Costa (à dr.) a fait office de guide à Charles Michel, lors de sa visite au monastère des Hiéronymites, à la faveur de son déplacement à Lisbonne, le 5 janvier.
Le Premier ministre portugais Antonio Costa (à dr.) a fait office de guide à Charles Michel, lors de sa visite au monastère des Hiéronymites, à la faveur de son déplacement à Lisbonne, le 5 janvier. - AFP

Remettre « l’Europe sociale » à l’avant-plan de l’agenda de l’UE. « C’est réellement le leitmotiv de notre présidence », assure le ministre des Affaires étrangères Augusto Santos Silva. Le Portugal a repris cette semaine les rênes de la présidence semestrielle tournante des travaux du Conseil de l’UE, des mains de l’Allemagne. Et Lisbonne l’assure : non seulement la reprise post-covid devra être verte, numérique et « juste » mais il faut aussi – priorité nº2 – développer le pilier social de l’UE. « Ce doit être la colonne vertébrale de la relance », plaide la ministre Ana Mendes Godinho, en charge du Travail et de la Solidarité. « Un instrument-clé pour répondre à la crise socio-économique actuelle ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct