La chronique Alternatives: du trumpisme comme cas clinique

Des militants trumpistes ont marché sur le Capitole. Une suprise? Avant même les élections, Trump avait pourtant annoncé la couleur, dans l’hypothèse où il ne serait pas réélu.
Des militants trumpistes ont marché sur le Capitole. Une suprise? Avant même les élections, Trump avait pourtant annoncé la couleur, dans l’hypothèse où il ne serait pas réélu. - Reuters

Ce type est totalement cinglé ! »

« C’est un débile profond ! »

« De la graine de facho ! »

Voici quelques exclamations saisies au vol depuis l’invasion du Capitole par les petits soldats chauffés à blanc de Donald Trump, représentant eux-mêmes un bel assemblage de cinglés, de débiles et de fachos.

Une surprise ? Belle hypocrisie ! Car, depuis le début, on savait tout. Absolument tout. Qu’il était cinglé, débile (cinquante mots de vocabulaire), qu’il avait, à la démocratie, le même type de rapport que les anthropophages aux missionnaires.

Alors pourquoi, dans d’aussi larges milieux, y compris médiatiques, jusqu’à il y a encore deux mois, une telle complaisance ? Fascination du pouvoir qui transforme les vautours et les serins en aigles ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct