Carte blanche: Le système de la «démocratie» est en grave danger dans le monde

Carte blanche: Le système de la «démocratie» est en grave danger dans le monde
Reuters

Le 6 janvier, le même jour, il y a eu l’insurrection/invasion du siège du Congrès américain par un millier de citoyens américains pro-Trump (avec cinq morts !), tandis qu’en Chine, le gouvernement central a arrêté 47 personnes qui ont participé à des manifestations populaires de rue contre le décret gouvernemental qui réduit les libertés civiles et politiques des habitants de la « ville-État » de Hong Kong.

Les deux événements sont certainement différents. Ce qui s’est passé en Chine est grave et renforce la preuve que la Chine ne respecte pas les règles de la démocratie représentative pour les droits civils et politiques de ses citoyens. Mais il ne représente aucune rupture avec le système politique en place en Chine depuis 1948. Ce qui s’est passé aux États-Unis, au contraire, est d’une extrême gravité pour l’avenir de la démocratie dans le monde, et pas seulement pour le peuple des États-Unis. C’est une rupture totale avec l’histoire des États-Unis.

Les trajectoires inquiétantes de deux superpuissances

Le couplage entre les deux pays est toutefois justifié pour deux raisons au moins.

Premièrement, les États-Unis et la Chine sont de loin les deux pays les plus puissants du monde, surtout sur le plan économique. L’hyperpuissance du premier est en déclin (d’où, en partie, le succès de la proclamation de Trump « A Great America Again »). La puissance du second ne cesse de croître (d’où la « tranquillité » de ses dirigeants sur la scène internationale). Cependant, il est très inquiétant de constater que la démocratie est si violée et malmenée précisément dans les deux pays dont l’avenir du monde dépendra largement, sachant par ailleurs, que dans les autres pays destinés à jouer un rôle majeur dans cet avenir, comme l’Inde, la Russie, le Brésil, le Nigeria, l’Indonésie et le Pakistan, la situation de la « société démocratique » n’est pas très encourageante non plus.

En second lieu, tout le monde annonce qu’en l’état actuel des choses, la rivalité entre les deux « puissances » pour l’hégémonie mondiale est objectivement destinée à s’intensifier (dans l’espoir qu’elle ne se transforme pas de « guerre économique » en « guerre tout court », une claire distinction entre les deux étant plutôt fragile). En particulier, la majorité des analystes considèrent que les États-Unis sont et seront « naturellement » le pays le plus belligérant et le plus agressif des deux, comme c’est déjà évident. La rupture enregistrée le 6 janvier aux États-Unis jette donc une ombre encore plus sombre et représente un signe avant-coureur de tragédie.

Le grand péril américain

La société démocratique est en grave danger. D’où l’importance de la situation américaine et de tenter de répondre à une seule question fondamentale : est-il possible de remédier aux ébranlements produits par l’invasion/insurrection et de minimiser les risques d’un glissement de la société américaine vers une société/économie nationale-dictatoriale armée pour une guerre mondiale ?

La première question est de savoir ce qu’il faut faire de Donald Trump. Le destituer en moins d’une douzaine de jours avant la fin légale de sa présidence ? Difficile, mais il semble tout aussi difficile qu’un État de droit, démocratique, n’agisse pas immédiatement pour condamner légalement un président séditieux qui a piétiné les diktats constitutionnels et renié le serment qu’il a prêté de faire respecter la Constitution. Pour beaucoup, le licenciement de M. Trump serait un acte inévitable. Le poursuivre et l’envoyer en prison après la fin de sa présidence le 20 janvier ? Logique et, semble-t-il, encore plus inévitable si la destitution s’avère matériellement impossible.

Mais Trump n’est pas le seul problème. L’insurrection/invasion a montré que le plus grand problème, peut-être même à court terme, est l’existence au sein de près de la moitié des électeurs américains (les partisans de Trump ont dépassé les 70 millions !) d’une masse importante de millions de personnes et de milliers d’organisations prêts pour une « guerre » interne. Ce sont des millions de personnes « en colère » contre le système « démocratique », principalement animées par des conceptions racistes et xénophobes, par un certain fondamentalisme religieux « évangéliste ». Ils sont de fervents partisans de la suprématie blanche et du libre port d’armes (beaucoup d’envahisseurs du Congrès étaient armés). Parmi eux, beaucoup d’exclus, d’appauvris, de laissés pour compte.

Un nouveau « New deal » indispensable

Comment endiguer leur haine et leur désir de vengeance alimentés pendant quatre ans par Trump et rétablir en eux la confiance dans les autres et dans la société des droits ? Cela signifie que l’« apaisement » dont parlent les démocrates et les républicains ne peut pas se traduire par une politique de « récupération » des enragés. Elle doit conduire à une reconversion profonde de la société américaine vers la justice sociale. Les États-Unis sont en tête de liste des pays les plus développés avec l’indice le plus élevé d’inégalité et d’injustice sociale. Un nouveau « New Deal fort et cohérent » doit être mis à l’ordre du jour, en conjonction avec des mesures efficaces et non permissives en termes de sécurité intérieure du pays contre toutes les formes de racisme, de xénophobie, de classisme. C’est une politique très difficile, mais elle est essentielle si l’on veut que le désir de guerre contre la Chine diminue et, à moyen terme, disparaisse.

Sauver la démocratie (par la justice sociale) à l’intérieur du pays pour aider à sauver le système démocratique dans le monde entier est essentiel, comme il l’est aussi pour sauver la vie de la Terre d’un désastre écologique total.

L’équipe de Biden va-t-elle réussir ? Beaucoup d’espoir repose sur la marge de manœuvre de sa vice-présidente. Et jusqu’où le système économique et financier très inégalitaire de l’Amérique laissera-t-il aller ? N’oublions pas que le monde du business et de la finance n’a mis aucun obstacle, sauf de rares exceptions, sur la voie des politiques de Trump.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches