L’écrivain qui n’écrit pas

L’écrivain qui n’écrit pas

Une œuvre de fiction s’écrit à trois », me disait naguère mon ami Michel Lambert, écrivain sensible et membre du jury du Prix Rossel. Et il égrenait : « L’auteur, le personnage et le lecteur. » L’auteur, ça paraît évident. Le personnage, parce qu’il échappe souvent à la volonté du premier, parce qu’il l’emmène dans des voyages, réels ou immobiles, imprévus, parce que, quelque part, il a sa vie propre. Et le lecteur, parce qu’il vient greffer sa propre compréhension de l’histoire racontée, ses propres émotions, parce qu’il interprète le livre. « Un lecteur est un écrivain qui n’écrit pas, lançait Michel Lambert : il fait travailler son imaginaire, il a sa liberté. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct