Le MR dépose un texte pour libéraliser le secteur des taxis

Le MR dépose un texte pour libéraliser le secteur des taxis

Uber, taxis, Bruxelles : voilà une équation qui n’est pas évidente à résoudre. Comment faire cohabiter le service de transport de personnes de particulier à particulier, pratiquant des prix défiant toute concurrence, qui a débarqué en Belgique en 2014, avec les taxis classiques ? En septembre dernier, le tribunal de commerce de Bruxelles a jugé le service Uberpop illégal, forçant Uber à suspendre ce pan-là de son activité, selon une ordonnance de 1995. Un cadre légal « obsolète », pour le MR bruxellois, car « le nombre de taxis est déterminé de façon arbitraire par les pouvoirs publics ». Il s’agit d’une sorte de numerus clausus, qui s’explique par « l’utilité publique du service », dit l’ordonnance.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct