Joël Robert nous a quittés: un homme généreux sur la piste et dans la vie

Lors du cross du Pays noir en 1965, toute une époque. @News
Lors du cross du Pays noir en 1965, toute une époque. @News

C’est un cliché, d’accord. Mais vrai. Joël Robert incarnait une époque largement révolue. Celle de l’insouciance des Trente Glorieuses, de la Belgique unie, de la Wallonie du plein emploi. Parti de rien, l’Astérix hennuyer est arrivé au firmament de sa discipline à l’échelle planétaire. Des victoires, des records. Avec une méthode bien à lui : je gagne, je fais la fête et je partage.

Ils sont des milliers à se souvenir de ce petit mec baraqué comme un frigo américain, assis sur un bac de bières – le fruit de sa victoire dans une course de village – qui distribuait les chopes qu’il venait de gagner à la sueur de son… guidon.

Sublime métaphore de la générosité wallonne, d’un talent que la pudeur réprime.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct