Les francophones n’ont pas le luxe des chamailleries

«Les francophones feraient une énorme erreur en ne se préparant pas à une nouvelle réforme institutionnelle», dixit Paul Magnette.
«Les francophones feraient une énorme erreur en ne se préparant pas à une nouvelle réforme institutionnelle», dixit Paul Magnette. - Sylvain Piraux.

Ce week-end, le président du PS, Paul Magnette, évoquait dans L’Echo la nécessaire réforme du modèle belge, mettant en garde les francophones : « Ils feraient une énorme erreur en ne se préparant pas à une nouvelle réforme institutionnelle. » Il précisait qu’il avait fait passer le message aux autres partis francophones : « Il faut définir nos demandes pour éviter d’être acculés et sur la défensive comme on l’a été dans le passé. » Tout cela est indispensable, concluait-il, si on veut éviter que les élections de 2024 soient un référendum sur la fin de la Belgique, avec un chantage du Vlaams Belang voire de la N-VA sur celle-ci. Il rejoignait ainsi l’ex-président de Défi, Olivier Maingain, qui, il y a quelques mois, avait appelé les francophones à un plan d’action institutionnel commun, qui commence par une remise en ordre de leurs propres structures.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct