Brexit: l’UE ne digère pas le cavalier seul diplomatique voulu par Boris Johnson

Boris Johnson a pris le parti de regarder «global», tous azimuts, par-delà les mers, sans trop s’embarrasser de ce vieux voisin européen.
Boris Johnson a pris le parti de regarder «global», tous azimuts, par-delà les mers, sans trop s’embarrasser de ce vieux voisin européen. - EPA

Incompréhensible, choquant, regrettable. Le refus obstiné de Londres de s’engager dans une alliance structurée post-Brexit avec l’UE sur le front de la politique étrangère, de la défense et de la coopération au développement reste en travers de la gorge des Européens. Plusieurs eurodéputés l’ont dit jeudi, ainsi que la Commission, venue défendre devant le Parlement européen l’accord de commerce noué avec le Royaume-Uni à la veille de Noël.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct