Carte blanche: «Adoptons la réduction intelligente des kilomètres en voiture»

Carte blanche: «Adoptons la réduction intelligente des kilomètres en voiture»

Monsieur Magnette,

Comme pour beaucoup de changements, la taxe kilométrique Smart Move de Bruxelles se heurte à des opposants. S’agit-il d’une taxe cachée ou d’une main bruxelloise qui gratte dans le portefeuille des Wallons et des Flamands ? Ou bien s’agit-il, comme vous le présentez maintenant, d’une mesure qui touche les faibles revenus et qui doit être repoussée au-delà de 2024 ?

Que ce soit pour le boulevard urbain au bout de la E40 ou pour la bande de la rue de la Loi rendue aux cyclistes et aux piétons, chaque mesure a droit à son lot de hurlements (« Ils vont exporter les embouteillages »). Une fois mise en œuvre, cependant, il s’avère que la mesure fonctionne étonnamment bien, comme dans toutes les villes où de pareils changements ont été mis en œuvre. Nous comprenons que le lobby automobile bondisse à chaque fois qu’on remet en question un petit bout de ses privilèges. Mais comment se fait-il que le politique se laisse encore emporter par ce discours ?

Les personnes à faibles revenus dont vous parlez n’ont pas de relation intime avec leur voiture. Cataloguer les citoyens comme des piétons, des cyclistes, des usagers des transports publics ou des automobilistes est un concept dépassé. Nous sommes des êtres humains qui choisissons le moyen le plus approprié de nous déplacer de A à B à un instant t. Cela dépend de la disponibilité d’une voiture, d’un vélo ou d’une bonne liaison ferroviaire, mais aussi de la facilité et du prix du stationnement et, surtout, du niveau de sécurité pour se déplacer à pied ou à vélo. Quand je prends la voiture, je peux être un danger pour vous en tant que piéton ou cycliste. En soi, le danger est infime, mais les centaines de milliers de trajets quotidiens en voiture combinés représentent un réel danger. En 2019, on dénombre 20 décès en Région bruxelloise dont 8 piétons, plus 177 blessés graves et 4398 blessés légers. A cela s’ajoutent toutes les conséquences sanitaires de la pollution de l’air.

Ces chiffres doivent baisser. Nous devons faire des choix. Dans l’espace limité dont nous disposons, il n’est pas possible de combiner efficacement des usagers actifs plus nombreux et un trafic automobile plus dense. Bruxelles est en train d’œuvrer pour encourager les modes actifs en rendant la route plus sûre et plus agréable, d’une part en faisant du 30 km/h la norme et d’autre part en rendant aux habitants de l’espace pour bouger et respirer. Le résultat escompté du système de taxe kilométrique intelligente est une réduction intelligente des kilomètres en voiture.

Et cela fonctionnera. Nous, les Bruxellois, y aspirons. Mais les Wallons ou les Flamands, riches et pauvres, en profiteront également. Pour beaucoup d’entre eux qui viennent déjà à vélo, en train ou en bus, la situation sera plus sûre et plus agréable, sans frais supplémentaires. Les automobilistes auront le choix soit de changer (partiellement) de mode, soit, pour un certain coût, de venir en voiture mais de subir moins d’embouteillages. Dans les deux cas, tout le monde y gagne !

Nous vous demandons de ne plus dépenser d’énergie en restant dans le déni conservateur, mais de soutenir cette précieuse initiative. Que la Wallonie et la Flandre collaborent de manière constructive avec Bruxelles sur cette réduction kilométrique intelligente. Une partie des montants collectés peut peut-être être reversée à la Wallonie et à la Flandre, en combinaison ou non avec la perception d’un pourcentage raisonnable de l’impôt sur le revenu des personnes physiques sur le lieu de travail. Nous vous demandons d’engager un dialogue ouvert.

Enfin, permettez-moi d’exprimer tout mon soutien à votre collègue de parti Rudi Vervoort et à toute son équipe gouvernementale. Nous en tirerons tous profit, et cela fera de nous des citoyens plus mobiles, plus sécurisés et en meilleure santé. Merci beaucoup.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches