Jacques Borlée: «Les francophones ne savent pas reconnaître les mérites de ceux qui réussissent»

D. R.
D. R.

A un peu plus de 6 mois des Jeux de Tokyo, il n’y a plus de temps à perdre. Depuis deux semaines, le «team Borlée» vit quasiment en autarcie à Stellenbosch, en Afrique du Sud, où il a choisi d’entamer sa préparation pour la grande échéance olympique de cet été. Après une année compliquée, marquée par l’absence de compétitions majeures, la blessure de ses trois fils et, in fine, le transfert de tout son groupe vers la Ligue flamande, Jacques Borlée fait le point. En pensant plus à l’avenir qu’au passé.

Etes-vous parti sans crainte pour l’Afrique du Sud, à l’heure où l’on annonce que le variant sud-africain du virus vient de faire son premier mort en Belgique?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct