Les balises à ne pas franchir

Rudi Vervoort n’est pas l’homme des petites phrases qui flinguent. Ni des tensions, qu’il choisit naturellement d’apaiser plutôt que d’attiser lorsque, d’aventure, elles divisent son gouvernement. Encore moins de la lumière, qu’il laisse, confraternellement, à ses ministres. Mais, parfois, la coupe est pleine. Alors l’Everois, sans hausser la voix, change de ton. Et fait savoir qu’il entend se faire respecter. Non, Bruxelles n’est pas « lésée » dans le partage de la manne européenne, assure-t-il, laissant quand même entendre, entre les lignes, que la Wallonie et la Flandre sont, elles, gagnantes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct