Pour maîtriser l’épidémie, il est «préférable d’agir sur les voyages non-essentiels», selon Geert Molenberghs

Pour maîtriser l’épidémie, il est «préférable d’agir sur les voyages non-essentiels», selon Geert Molenberghs

Pour maîtriser le risque pandémique actuel, il est préférable d’agir sur les voyages non-essentiels, estime le biostatisticien Geert Molenberghs (KU Leuven/UHasselt) au lendemain de la réunion du GEMS vendredi soir.

« Il y une préoccupation auprès des experts, mais on ne peut certainement pas parler de panique », selon M. Molenberghs. Le nombre de nouvelles contaminations a diminué ces derniers jours et le nombre d’hospitalisations et de décès continue à baisser.

Pour continuer à faire reculer le nombre de contaminations, les voyages non-essentiels, tels que les citytrips ou les vacances plus longues, devraient être évités autant que possible, selon le scientifique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct