Coronavirus: le combat contre le variant anglais se met doucement en place

Dans cette école primaire d’Edegem, les enfants n’ont pu entrer dans les locaux que pour se faire tester, de même que leurs parents.
Dans cette école primaire d’Edegem, les enfants n’ont pu entrer dans les locaux que pour se faire tester, de même que leurs parents. - Belga.

Les enfants des communes d’Edegem et Kontich, près d’Anvers, ne sont retournés à l’école ce lundi que le temps de se faire tester au coronavirus. Comme leurs parents et, au total, près de 5.000 habitants, ils sont contraints à la quarantaine pour plus d’une semaine. La faute au fameux variant anglais du covid-19, qui tient en haleine experts et politiques depuis le début de cette année 2021. On sait désormais que plusieurs centaines de Belges ont contracté la version « mutante » dont on a déterminé qu’elle était plus contagieuse que la précédente. Voilà pourquoi les bourgmestres de ces communes ont instauré un « quasi-lockdown complet » cette semaine. Outre les écoles, toutes les activités en extérieur sont supprimées. Tous ceux qui ont été en contact avec une personne, elle-même en contact avec un cas suspect, doivent être testés et s’isoler.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct