A distance, la tension monte entre Navalny et Poutine

Alexeï Navalny s’est vu infliger une peine de trente jours de détention lors d’une audience qu’il qualifie de «parodie de justice».
Alexeï Navalny s’est vu infliger une peine de trente jours de détention lors d’une audience qu’il qualifie de «parodie de justice». - EPA.

Face au Kremlin de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny a lancé sa contre-attaque. Au lendemain de son rocambolesque retour à Moscou, cinq mois après son empoisonnement présumé en Sibérie et son transfert dans le coma en Allemagne, l’opposant anti-Kremlin s’est vu infliger lundi une peine de trente jours de détention, jusqu’au 15 février. Cette décision a été prise par un juge au terme d’une audience surréaliste : tribunal improvisé dans un commissariat de police, avocat de la défense prévenu au dernier moment, salle d’audience remplie d’étranges figurants… « J’ai vu beaucoup de parodies de justice mais là, c’est l’illégalité la plus totale », a dénoncé Alexeï Navalny. Mais, fait inhabituel, il a pu depuis l’audience lancer un appel à ses partisans. « N’ayez pas peur, descendez dans la rue ! », a-t-il déclaré dans une vidéo via sa porte-parole et organisatrice en chef.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct