Marché de l’emploi: les tests anti-discrimination peinent à faire leurs preuves

Depuis 2017, l’inspection du travail bruxelloise est autorisée sous certaines conditions strictes à «piéger» les entreprises sur lesquelles pèsent des soupçons de discrimination à l’embauche.
Depuis 2017, l’inspection du travail bruxelloise est autorisée sous certaines conditions strictes à «piéger» les entreprises sur lesquelles pèsent des soupçons de discrimination à l’embauche. - Photo News.

Octobre 2017. Bruxelles faisait un pas en avant historique en devenant la première Région du pays à doter ses services d’inspection d’un outil de « testing » contre les discriminations à l’embauche. Sous conditions strictes, qui interdisent notamment de « provoquer » un employeur sans indices suffisants (lire ci-dessous), la loi permet depuis à l’inspection régionale de pratiquer les techniques dites du « CV anonyme » et de « l’appel mystère » en vue d’enrichir des dossiers destinés à se retrouver entre les mains de la justice.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct