Théâtre d’ombres: et la lumière fut grâce au Théâtre du N-ombr’île

Théâtre d’ombres: et la lumière fut grâce au Théâtre du N-ombr’île
Nicolas Simon

A première vue, on pourrait croire à une nouvelle fresque de Bonom, cette légende urbaine qui a graffé les murs de Bruxelles de poulpes, baleines et autres créatures monumentales. Sauf que ce bestiaire-là ne tient pas en place. Voilà que ces dinosaures, poissons, girafes, crocodiles, gorilles ou mammouths gonflent de volume, courent sur la brique des immeubles, se pourchassent, escaladent les façades. Mais d’où peut bien sortir ce bestiaire en noir et blanc, fantomatique et pourtant animé, en apparence, d’une vie propre ? Qui peut bien dompter ces animaux confondant notre jungle urbaine avec leur forêt tropicale sur les mélopées de la chanteuse sud-américaine Yma Sumac, capable de transformer les Marolles ou Neder-over-Heembeek en Amazonie grouillante et onirique ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct