Carte blanche: «Supprimer le PC chinois?» Un étrange tract qui pose de nombreuses questions...

Carte blanche: «Supprimer le PC chinois?» Un étrange tract qui pose de nombreuses questions...
Capture d’écran du site endccp

Ces derniers jours, certains Namurois ont découvert dans leur boîte aux lettres un tract intitulé : « Mettre fin au PCC – Eliminer la source du mal : Le parti communiste chinois ».

Ce mystérieux fascicule fait état notamment de certaines informations relatives à la révolution culturelle de 1966-1976 : « les adeptes fanatiques de Mao se sont tournés contre leurs voisins, leurs enseignants, et même leurs parents. Pendant ces dix dernières années, des millions de gens ont perdu la vie et la grande culture chinoise de 5.000 ans a été complètement détruite » ; à la protestation de Tiananmen (1989) ; à la persécution du Falun Gong, au prélèvement forcé d’organes : « Le parti communiste chinois tue les prisonniers de conscience surtout les pratiquants de Falun Gong mais aussi les Ouïgours, Tibétains et Chrétiens en leur prélevant les organes pour un commerce lucratif de tourisme de transplantation. C’est un crime que le Sénat Belge a sévèrement condamné en 2020 » ; ou encore un questionnement sur les mensonges présupposés du PCC dans les chiffres annoncés du Covid-19.

Le lecteur est ensuite invité à signer la pétition afin d’éliminer la source du mal : le parti communiste chinois.

Lorsque l’on souhaite se diriger vers le site de renvoi de ladite pétition, le ton est donné : « Le PCC maléfique a pillé la terre ancestrale de Chine et a propagé sa terreur dans le monde entier, nous affectant tous. Il est temps pour nous de rejeter ce mal, et de mettre fin au Parti communiste chinois ». Il semblerait qu’environ 550.000 personnes aient signé cette requête. Une fois que l’on descend avec le menu déroulant, plusieurs informations sont transmises, et, fait intéressant, le site relate une interview donnée à Epoch Times, par un membre du congrès américain, et du parti républicain, Scott Perry : « Je pense que c’est un excellent message. Je ne pense pas que le parti communiste chinois va simplement se replier et s’en aller de son plein gré. C’est une organisation criminelle qui a pris le contrôle d’un pays. Ils ne vont pas partir de leur propre chef. Ils vont être forcés d’abandonner le contrôle et le pouvoir d’une façon ou d’une autre ». Ce membre du congrès, grand supporter de Donald Trump, a fait l’objet de demandes de démission ces dernières semaines, après avoir notamment fait partie de ce clan des républicains souhaitant invalider le vote présidentiel en Pennsylvanie. A la suite des émeutes au Capitole, il a usé de son droit d’objection lors de l’approbation des votes électoraux de cet Etat.

Qui est derrière cette propagande ?

Le tract relève du Global Service Center for Quitting the Chinese Communist Party. Mais qu’est-ce donc ? Ils se donnent comme mission de coordonner le mouvement global afin d’aider le peuple chinois à quitter le PCC ainsi que d’éduquer les gens à travers le monde sur la nature démoniaque du communisme.

Ce mouvement serait né fin 2004. Il y est fait référence aux « Neuf commentaires sur le parti communiste », publié en novembre 2004 par Epoch Times.

Epoch Times est un journal traitant de l’actualité internationale, présent dans 35 pays, fondé à New York en 2000 par des Sino-Américains. Ceux-ci définissent leur vocation comme étant intimement liée à la liberté d’expression, à la démocratie, et aux valeurs des droits de l’homme et citent parmi leurs plus beaux faits d’armes, les premiers à avoir alerté sur l’épidémie du coronavirus. L’édition française est née en 2004. Ils désignent le parti communiste chinois comme leur plus grand adversaire, opprimant leurs journalistes, séquestrant leurs familles… et donnent très régulièrement la parole à la famille Le Pen.

D’étranges ramifications avec l’extrême droite

Lorsque l’on cherche plus loin, la NBC News a révélé que plus d’1,5 million de dollars avaient été investis sur des publications visant à promouvoir le Président Donald Trump.

De même, The Epoch Times est présent sur Youtube. On peut retrouver dernièrement une interview du sénateur républicain Ted Cruz, chrétien évangéliste, considéré comme d’extrême droite ou encore de nombreuses théories complotistes.

On s’aperçoit que des liens certains existent avec le mouvement Falun Gong, mouvance croyant à la création des êtres humains par les extraterrestres, et en lien avec les QAnon, devenus tristement célèbres ces derniers mois avec leurs théories conspirationnistes et l’attaque du Capitole par certains de leurs membres.

Derrière ces différents soutiens politiques toujours choisis précisément et sous le masque d’un rôle chevaleresque qu’ils veulent endosser pour sauver les Chinois du « démoniaque » Parti communiste (PCC), la prudence est de mise. Il s’agit de ne pas tomber dans le piège du Cheval de Troie et d’occulter ainsi leurs véritables ambitions encore obscures. Leurs liens avec les groupuscules d’extrême droite inquiètent. Leur volonté d’implanter le mouvement en Belgique et en Europe est un risque auquel vont devoir faire face nos représentants politiques et judiciaires.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches