Vaccins: «La stratégie du moi d’abord, un échec moral et un non-sens épidémiologique»

La ville brésilienne de Manaus inquiète les épidémiologistes.
La ville brésilienne de Manaus inquiète les épidémiologistes. - REUTERS

En tant que citoyen, le nationalisme vaccinal des pays riches – que l’on constate même en Belgique, où certains se demandent quelle province bénéficiera en premier de la vaccination – me semble éthiquement, moralement inacceptable », entame d’emblée Niko Speybroeck, professeur d’épidémiologie à l’UCLouvain.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct