Ecoles: il faudra créer 35.200 places d’ici 2050

2025, c’est demain. Et Bruxelles se destine à une catastrophe si rien ne bouge d’ici là. La pénurie de place frappera surtout le secondaire. Sur les 19 communes bruxelloises, 14 n’auront pas assez de places à offrir. Ailleurs, la marge de manœuvre sera souvent étroite.
2025, c’est demain. Et Bruxelles se destine à une catastrophe si rien ne bouge d’ici là. La pénurie de place frappera surtout le secondaire. Sur les 19 communes bruxelloises, 14 n’auront pas assez de places à offrir. Ailleurs, la marge de manœuvre sera souvent étroite. - Le Soir/Joakeem Carmans.

Créer des classes ou des écoles coûte cher. Et l’aide de la Communauté française est… menue. En février, Joëlle Milquet (CDH), la ministre de l’Education, a desserré les règles du jeu pour stimuler la création de places. Jusqu’ici réservé aux rénovations, le Programme prioritaire de travaux (PPT) pourra désormais financer des créations de places et il sera refinancé à hauteur de 6 millions (pour atteindre 44 millions/an).

Avec ça, on va pouvoir créer des places dans le bâti existant. Mais la ministre le sait : c’est insuffisant et il faudra, et vite, mobiliser de l’argent pour répondre aux besoins. Le fait est que créer des places ou un nouvel établissement prend du temps (il faut 6/7 ans entre la décision de créer une école et son ouverture). Or, il y a le feu au lac. Le Soir a pu lire un document confidentiel remis en novembre aux auteurs du Pacte d’excellence et présenté, en mars, au séminaire à Spa qui a réuni l’ensemble des groupes de travail du Pacte.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct