Protéger les papillons, ça fait de l’effet

Protéger les papillons, ça fait de l’effet
D.R.

Une mort à petits feux… c’est, disent les auteurs d’un article paru dans la prestigieuse revue scientifique Pnas, le sort des populations d’insectes dans le monde. Le pluriel est de rigueur : il décrit les multiples pressions qui pèsent sur ces animaux essentiels, notamment pour la pollinisation. Suite à des études alarmistes, ils font l’objet d’une attention de plus en plus forte, mais les scientifiques restent prudents. Le sujet est encore mal étudié, par exemple dans les régions tropicales, et n’est pas aisé à appréhender. Mais si l’expression « insect apocalypse » semble excessive, il est en tout cas avéré que les populations d’insectes baissent fortement. Sans doute de 1 à 2 % par an en moyenne, mais à certains endroits de plus de 10 % par an. « Largement de quoi s’inquiéter », disent les scientifiques.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct