Affaire Mawda: trois acquittements sollicités dans le volet «traite des êtres humains»

L’avant de la camionnette où ont été retrouvées des traces des trois hommes suspectés de traite des êtres humains.
L’avant de la camionnette où ont été retrouvées des traces des trois hommes suspectés de traite des êtres humains. - AVPRESS.

C’est parce que la camionnette dans laquelle circulaient Mawda et sa famille sur la E42, la nuit du 16 au 17 mai 2018, avait été réaménagée chez un garagiste irakien de Liège que le volet « traite des êtres humains » de ce dossier a été géré en Cité ardente. L’autre volet, réservé à la course-poursuite et au tir policier mortel, est traité à Mons, où le jugement est attendu le 12 février. La situation est donc particulière, le même dossier étant jugé en parallèle et deux des prévenus étant cités à Mons et à Liège. Face à l’absence de traducteur ce mercredi au tribunal correctionnel de Liège, Me De Beco a d’ailleurs ironisé : « Ce n’est pas très grave, puisque mon client a déjà entendu ma plaidoirie traduite à Mons, et que je vais plaider la même chose ici… Rien que cela devrait vous mettre mal à l’aise, Madame la présidente ! »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct