La chronique «Enjeux»: Cherche «Républicains respectables», désespérément

La chronique «Enjeux»: Cherche «Républicains respectables», désespérément
AFP

Edelweiss, edelweiss, bénis ma patrie pour toujours… ». Vous avez peut-être seriné cet air à Noël, après avoir revu le film La mélodie du bonheur. Suavement douillette et, à première vue, terriblement datée, elle est pourtant d’une rare actualité. Car, que nous dit cette mélodie chantée par la famille du capitaine patriote von Trapp face aux nazis et aux collabos autrichiens à l’époque de l’Anschluss ? Sinon que le sort d’une nation menacée par l’extrémisme de droite dépend largement du choix de ses dirigeants et de ses citoyens conservateurs modérés.

L’histoire est encombrée d’exemples où des dictatures d’extrême droite sont arrivées au pouvoir grâce au basculement assumé ou contraint de partis conservateurs jusque-là respectables. Mais il n’y a pas de porosité automatique : de Gaulle et Churchill ont illustré avec éclat ce barrage que le conservatisme traditionnel peut efficacement opposer aux extrémismes de droite.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct