La chronique de Béatrice Delvaux dans «De Standaard»: «Nethys, case prison»

Une photo qui symbolise un tournant: le 16 septembre 2019, l’heure a sonné pour les dirigeants de Nethys de rendre des comptes.
Une photo qui symbolise un tournant: le 16 septembre 2019, l’heure a sonné pour les dirigeants de Nethys de rendre des comptes. - Pierre-Yves Thienpont

C’était un soir, tard, à la rédaction du Soir. Une jeune journaliste en charge de la Wallonie vient de recevoir un coup de fil : « Moreau et Fornieri ont créé une société commune, Ardentia Tech. » Depuis des semaines, la rumeur court : Stéphane Moreau, l’administrateur de Nethys, ce holding à capitaux publics actionnaire de Voo, Elicio, L’Avenir et L’Intégrale, mis en cause pour sa gouvernance, est partant mais emmènerait avec lui certains actifs. On soupçonne aussi les dirigeants de Nethys d’avoir trouvé une voie parallèle pour toucher incognito la partie du salaire dont ils ont été privés suite à la décision de la Région wallonne de plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprises publiques, y compris celles de Moreau & Co.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct