Pas de pic des abandons

« Au début de la crise sanitaire, nous avons dû reprendre beaucoup d’animaux qui étaient en détresse suite au décès de leurs maîtres », explique Christopher Dheulin, directeur du refuge Les amis des animaux, à Fleurus. « Les gens avaient peur d’une transmission du virus de l’animal vers l’homme, ce qui est pourtant extrêmement rare. Par la suite, nous avons connu une flambée des demandes d’adoptions. Les gens voulaient un animal de compagnie pour rompre leur solitude. Un candidat m’a même dit qu’il me ramènerait le chien quand le confinement serait terminé. J’ai rejeté sa demande évidemment. Nous avons été très stricts et prudents, ce qui a fait que nous avons eu peu de retours. Avec le confinement, les gens ont le temps pour se consacrer à leur animal et l’aider à s’intégrer à son nouveau lieu de vie. Actuellement, la situation est stable même si nous avons 200 animaux de plus à l’adoption, surtout des chats. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct