Pascal Delwit: «Pour Joëlle Milquet, une inculpation pose un problème de légitimité»

©Alain Dewez
©Alain Dewez

Joëlle Milquet a choisi de démissionner. Celle qui était en charge à elle seule près de 90 % des compétences de la Communauté française n’y a pas été contrainte. Elle est inculpée par la Justice dans l’affaire dite des “collaborateurs fantômes”. A ce stade, elle est donc présumée innocente. Est-il impossible pour un ministre de rester en fonction dans ce cas de figure ? Pour le politologue Pascal Delwit (ULB-Cevipol), il n’y a pas de règle écrite, mais une règle tacite qui empêche de rester en fonction dès lors qu’on est inculpé. Une question de « légitimité, de crédibilité », estime-t-il. Et pour revenir ensuite, c’est très compliqué, même quand il est blanchi.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct