Coronavirus: les Russes tardent à se ruer sur Spoutnik-V

Le nombre de Russes prêts à être vaccinés a atteint 42%, selon un sondage de RDIF, le fonds souverain derrière le financement de Spoutnik-V. Inférieur à la moyenne des pays développés, le pourcentage est en fait même de moins d’un tiers, selon d’autres enquêtes dans la presse.
Le nombre de Russes prêts à être vaccinés a atteint 42%, selon un sondage de RDIF, le fonds souverain derrière le financement de Spoutnik-V. Inférieur à la moyenne des pays développés, le pourcentage est en fait même de moins d’un tiers, selon d’autres enquêtes dans la presse. - Reuters.

Parmi les Russes, Spoutnik-V provoque les débats, sanitaires et… politiques. Fière de son vaccin contre le covid, la Russie accélère la vaccination mais peine à bousculer la méfiance générale. « J’hésite. L’essentiel, c’est de se protéger du virus, pas de faire du patriotisme… », confie Alexandra, 24 ans. Depuis le début de la pandémie, l’étudiante moscovite suit avec un œil dubitatif le rapide développement de Spoutnik-V, ainsi nommé en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite en 1957 (avec V comme vaccin ou victoire ou… Vladimir). Le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, soupçonné d’utiliser le vaccin à des fins politiques dans sa confrontation anti-occidentale, a ordonné une vaccination massive la semaine dernière. Plus de deux millions de doses devaient être disponibles d’ici fin janvier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct