Arriver premier au Vendée Globe ne suffira pas à le gagner

Boris Herrmann est vu par certains comme celui qui a le plus de chances de gagner. Même s’il ne passe pas la ligne en 1er...
Boris Herrmann est vu par certains comme celui qui a le plus de chances de gagner. Même s’il ne passe pas la ligne en 1er... - photo news.

Ce n’était jamais arrivé dans l’histoire du Vendée Globe. Et à y regarder de plus près, on peut déjà se demander si ça se reproduira un jour ! Cinq bateaux en lutte pour franchir l’arrivée en premier. Et jusqu’au 8e classé, susceptible – certes de façon hypothétique – d’encore être déclaré vainqueur ! Et tout cela après 80 jours d’un tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance qui, pour cette 9e édition, aura encore renforcé son label de « plus grande course au large au monde » !

« Ce qui se passe là est hallucinant ! », s’exclame Jonas Gerckens, l’un des rares spécialistes de la course au large en Belgique, qui a migré en Bretagne pour s’y former. « Et même si je rêve d’un jour prendre part à cette course, je ne voudrais sincèrement pas être aujourd’hui à la place de ces skippers qui doivent ressentir une pression de dingue ! »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct