Wuhan: des proches de victimes se disent bâillonnées pendant la visite de l’OMS

Wuhan: des proches de victimes se disent bâillonnées pendant la visite de l’OMS
AFP

Pots-de-vin ou intimidation : les autorités chinoises mettent sous pression des familles de victimes du Covid pour les dissuader d’entrer en contact avec les enquêteurs de l’OMS à Wuhan, affirment des proches de défunts.

Plus d’un an après l’apparition du nouveau coronavirus dans la métropole du centre de la Chine, une équipe de l’Organisation mondiale de la santé est arrivée le 14 janvier à Wuhan pour enquêter sur l’origine de la pandémie.

Après deux semaines de quarantaine, la dizaine d’experts s’apprête à entamer jeudi son enquête sur le terrain, alors que Pékin s’efforce de convaincre que l’épidémie n’est pas apparue sur son sol et aurait pu être importée.

Dans ce contexte, des proches de victimes accusent le régime communiste de tenter de les dissuader d’approcher les experts internationaux.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct