Une nuit avec Leïla Slimani

«Le musée reste pour moi un espace élitiste dont je n’ai toujours pas saisi les codes.»
«Le musée reste pour moi un espace élitiste dont je n’ai toujours pas saisi les codes.» - Philippe Matsas.

Leïla Slimani a publié trois romans qui explorent avec imagination des faces cachées du réel. Une femme pleine de désir, une meurtrière d’enfants, l’histoire de son pays d’origine, des sujets forts que le public a reçus d’ailleurs pour ce qu’ils étaient : des chocs salutaires. D’autres ouvrages complètent la connaissance que l’on peut avoir d’elle, comme écrivaine, comme femme, comme Marocaine vivant en France, etc. Aucun cependant n’apportait l’éclairage fourni par Le parfum des fleurs la nuit, qui vient de paraître dans une collection, « Ma nuit au musée », où ont déjà été accueillis, entre autres, Lydie Salvayre, Santiago H. Amigorena ou Enki Bilal.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct