Les amis de la révolution en Biélorussie craignent une «fatigue» de l’UE

Arrestation d’un manifestant à Minsk, le 23 janvier: la mobilisation demeure, mais elle est moins visible que les méga-rassemblements de l’été et de l’automne.
Arrestation d’un manifestant à Minsk, le 23 janvier: la mobilisation demeure, mais elle est moins visible que les méga-rassemblements de l’été et de l’automne. - EPA

Décodage

Les « amis » de la révolte populaire contre le régime dictatorial du président Loukachenko en Biélorussie s’inquiètent. L’« affaire Navalny » et les manifestations en Russie à l’appel de l’opposant nº1 au maître du Kremlin éclipsent en partie leur combat, en cours depuis bientôt six mois. L’Union européenne, « l’Ouest » en général, regarderaient ailleurs. Et la mobilisation de la société biélorusse, incessante, quotidienne, au long cours, mais désormais « décentralisée dans le temps et l’espace » comme l’explique « l’égérie » de la révolution Svetlana Tikhanovskaïa, est moins visible que les méga-rassemblements de l’été et de l’automne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct