Dans les cordes, Joëlle Milquet et le CDH n’ont pas dit leur dernier mot

Inculpée dans le dossier des emplois fictif, Joëlle Milquet a démissionné lundi de son poste de ministre. Quelles conséquences son geste aura-t-il pour son parti, le CDH ? Notre journaliste a répondu à vos questions.

Le CDH n’est pas en grande forme : en 2010, il pointait à 14,6 % en Wallonie, mais il est descendu à 11,11 % en janvier 2016. A Bruxelles, il affichait 12,2 % en 2010, et n’est plus qu’à 6,8 % aujourd’hui. Les derniers événements ne vont pas arranger sa situation ?

En effet, le contexte n’est pas bon pour le CDH qui voit même le PTB se rapprocher. Cette démission vient jeter l’opprobre sur un parti pour des raisons que les gens n’apprécient pas : utiliser du personnel de cabinet pour des activités électorales. La population a l’impression qu’il s’agit de magouilles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct