«Le covid m’a volé un bout de ma jeunesse»

«Le covid m’a volé un bout de ma jeunesse»
Katherine Longly

A chacun la bande-son de son adolescence. Prenons – pas tout à fait par hasard – une femme née à la fin des années 70. Passez-lui Nirvana, Bob Marley, Madonna, Guns N’Roses et surgiront des souvenirs de pogos débridés en soirée, de premiers baisers baveux, avec ou sans appareil dentaire, de jeux « action ou vérité ? » dans le fond du bus en voyage scolaire entre autres expériences insouciantes qui composent une adolescence normalement constituée. Mais alors, à quoi ressembleront les réminiscences des ados d’aujourd’hui, que le covid a privés de fêtes, de sport, de voyages, de virées spontanées au café après l’école, de sorties au cinéma entre potes ? Est-ce que les rejaillissements musicaux d’Aya Nakamura, Angèle, Pop Smoke ou Eddy de Pretto, quand ils seront adultes, déclencheront des images de masques, de couvre-feu, de réunions en visio ou d’heures passées sur le smartphone à garder le contact avec les copains, ou simplement le monde ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct