L’escalade des arrestations après une nouvelle journée de manifestations anti-Kremlin

Aux alentours de la prison de Matrosskaya Tishina, les petits groupes improvisés de manifestants font face à des forces de l’ordre en nombre impressionnant. © Reuters.
Aux alentours de la prison de Matrosskaya Tishina, les petits groupes improvisés de manifestants font face à des forces de l’ordre en nombre impressionnant. © Reuters.

Nous nous promenons ! Ce n’est pas interdit ? » Sous sa chapka, Iourii, 36 ans, ironise. Ce Moscovite, père de famille, habite à l’autre bout de la capitale mais a choisi ce dimanche après-midi de « faire une balade » loin de son domicile. Il vient de s’asseoir sur le banc d’une station d’autobus. Avec en vue : Matrosskaya Tishina, la prison près du centre-ville. Cinq mois après son empoisonnement présumé en Sibérie et son transfert dans le coma à Berlin, deux semaines après son rocambolesque retour à Moscou et son immédiate arrestation, l’opposant Alexeï Navalny y attend d’être jugé mardi 2 février dans l’une des quatre affaires judiciaires le visant. « Nous sommes venus pour soutenir un homme. Et protester contre un régime, le Kremlin de Vladimir Poutine, qui nous a volé notre droit de vivre dans une démocratie », insiste Iourï de sa voix basse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct