Les printemps arabes, accélérateurs de particules féministes

La situation de précarité a été une des étincelles du soulèvement tunisien. Les militantes étaient nombreuses dans les mouvements de chômeurs diplomés impliqués dans la révolution.
La situation de précarité a été une des étincelles du soulèvement tunisien. Les militantes étaient nombreuses dans les mouvements de chômeurs diplomés impliqués dans la révolution. - Reuters.

De Sidi Bouzid à la place Tahrir, des images d’hommes brandissant des pancartes, allant au front sur les barricades, renversant les dictateurs durant les printemps arabes de 2011. De Mohamed Bouazizi, dont l’immolation a déclenché la révolution tunisienne, aux casques blancs de Syrie, secouristes dans les décombres des immeubles bombardés par Bachar Al-Assad. Dix ans plus tard, la mémoire commune semble avoir effacé le prix Nobel de la paix à Tawakkol Karman, activiste du Yémen, les blogueuses d’Egypte, les chômeuses tunisiennes, l’implication des femmes tout simplement.

Si, aujourd’hui, les libertés sont en recul en Egypte, si des régimes autoritaires ont été réinstaurés, si les conditions économiques se sont dégradées et les guerres enlisées en Libye et en Syrie, une étincelle parcourt le monde arabe : le féminisme. De nombreux observateurs (pas tous) s’accordent pour dire que le réveil des consciences a aussi redonné du courage aux femmes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct