Vaccination: après l’accélération, la décélération…

Les défauts de livraison contraignent les Régions à réaménager sans cesse le calendrier de vaccination.
Les défauts de livraison contraignent les Régions à réaménager sans cesse le calendrier de vaccination. - REUTERS.

Il y a de quoi y perdre son latin. Chaque jour, des nouvelles contradictoires concernant les livraisons de vaccins tombent, soufflant le chaud ou le froid. La semaine dernière, on apprenait qu’AstraZeneca ne livrerait au premier trimestre qu’un quart des doses promises mais dimanche soir, la Commission européenne annonçait qu’il allait finalement livrer neuf millions de doses de plus, soit 40 millions au total. Ce qui ne représente toujours que la moitié de ce qui avait été convenu… Après avoir fortement irrité les autorités européennes à la mi-janvier avec ses retards, Pfizer annonçait ce lundi une accélération des livraisons, promettant jusqu’à 75 millions de doses supplémentaires au deuxième trimestre. Quant au troisième larron, Moderna, il livrera environ 20 % de vaccins en moins qu’initialement prévu cette semaine. Cette volatilité dans les chiffres contraint les Régions à réaménager sans cesse le calendrier de vaccination. Où en est-on ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct