lesoirimmo

L’amour selon la philosophe Tamara Tenenbaum: «Le couple n’est plus le centre de tout»

L’amour selon la philosophe Tamara Tenenbaum: «Le couple n’est plus le centre de tout»
Ronaldo Schemidt/AFP

Dans la communauté juive orthodoxe de Buenos Aires où a grandi Tamara Tenenbaum, dès 12 ans, les filles ne pouvaient avoir aucun contact avec les garçons. « On ne se saluait pas en se faisant la bise ; tous les jeux présupposant un contact nous étaient interdits et on ne se serrait pas la main. Ensuite venait directement le mariage. Chez les orthodoxes, quand on est fiancé, il n’y a ni accolade, ni caresses, ni baisers », décrit-elle dans l’essai intitulé El fin del amor. Querer y follar (La fin de l’amour. Aimer et baiser – non traduit en français).

Le monde laïc qu’elle a découvert dès l’école secondaire présupposait davantage de liberté. Pourtant, le couple semblait incarner « la seule façon d’appréhender l’amour ». Aujourd’hui, cette philosophe, enseignante, poète et journaliste estime que ce paradigme est de plus en plus remis en question et elle défend « l’existence de milliers d’alternatives et manières d’être heureux et de vivre ensemble ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct