Bart Swings: «Le patinage reste pour moi une quête vers la perfection»

Il y a trois ans, Bart Swings décrochait l’argent dans l’épreuve de mass start en patinage de vitesse, aux Jeux de Pyeongchang.
Il y a trois ans, Bart Swings décrochait l’argent dans l’épreuve de mass start en patinage de vitesse, aux Jeux de Pyeongchang. - Ronald Hoogendoorn/Photo News.

A Heerenveen, au nord des Pays-Bas, où il vit depuis plus d’un mois dans une bulle créée par sa fédération internationale et l’agence House of Sport, et où son horizon se limite à sa chambre d’hôtel et à la célèbre patinoire Thialf, Bart Swings n’a pas l’indécence de trouver le temps long. D’humeur éternellement accorte, le Louvaniste est ici pour bosser et pour performer. Entre les tours de 400 m, quatre compétitions internationales ont été programmées en janvier et février pour les meilleurs de sa discipline, et après avoir fini 6e aux championnats d’Europe « allround » et avoir décroché une médaille de bronze, une d’argent et le classement final d’une mini-Coupe du monde en mass start, il attend maintenant les championnats du monde « par distances », dans moins de deux semaines, pour boucler son programme 2021. A bientôt 30 ans – il les fêtera le 12 février –, il reste plus que jamais le nº1 belge des sports d’hiver à un an des Jeux de Pékin, où il espère décrocher le titre suprême.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct