Malgré les appels au boycott et le coronavirus, Pékin fonce vers les Jeux d’hiver

Le magnifique «Nid d’oiseau» érigé pour les JO d’été 2008 servira de théâtre pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des JO d’hiver 2022. Un beau recyclage.
Le magnifique «Nid d’oiseau» érigé pour les JO d’été 2008 servira de théâtre pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des JO d’hiver 2022. Un beau recyclage. - NOEL CELIS/AFP.

A un an de la date butoir, les autorités chinoises ont annoncé la livraison, la semaine dernière, de l’anneau national de patinage de vitesse. Pourtant les travaux du « Ruban de glace », antre capable d’accueillir 12.000 spectateurs, ont été retardés de quelques mois par l’épidémie de coronavirus. Si la capitale chinoise, comme le reste du pays, a maîtrisé la propagation du virus, de nouvelles vagues sèment parfois la panique. Le mois dernier, la Chine a ainsi connu un regain de l’épidémie avec plusieurs dizaines de cas par jour, dont un pic à 144 contaminations le 21 janvier dernier, un record depuis un an. Mais le pouvoir chinois a tenu à rassurer alors que les interrogations continuent de planer au-dessus des Jeux de Tokyo, qui doivent avoir lieu cet été. « La Chine a porté toute son attention sur l’endiguement de la pandémie et sur la restauration de l’économie en créant les conditions favorables à l’organisation des JO d’hiver », a affirmé, cette semaine, Wang Wenbin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct