Pakistan : des milliers de mineurs refusent de travailler après l'assassinat d'Hazaras

Près de 15.000 mineurs ont refusé de reprendre le travail depuis cette attaque, contraignant environ 200 mines à fermer leurs portes, ont déclaré ces sources.

Certaines ont depuis rouvert, mais plus de cent "ne fonctionnent toujours pas", a dit Abdullah Shehwani, le responsable administratif chargé de superviser les mines de charbon au Baloutchistan.

Plus de 40.000 mineurs travaillent dans les centaines de petites mines de cette province, la plus pauvre du Pakistan, sujette à des violences ethniques, intercommunautaires et séparatistes.

Les Afghans forment une large part de cette main-d'oeuvre, notamment des Hazaras, une ethnie marginalisée de confession majoritairement chiite.

Dix mineurs hazaras ont été enlevés dans une zone montagneuse reculée du Baloutchistan le 3 janvier, puis tués et pour certains décapités.

L'attaque, revendiquée par l'organisation État islamique (EI), a déclenché des manifestations à Quetta, la capitale du Baloutchistan, située à moins de 100 km de la frontière afghane.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct