Un lâche assassinat émeut le Liban

Lokman Slim: une voix libre qui ne parlera plus.
Lokman Slim: une voix libre qui ne parlera plus. - Colin BERTIER/AFP.

Un assassinat ignoble. Un de plus au Liban, qui ne les compte plus dans son histoire contemporaine. Ce matin, sur une route dans le sud du pays, le corps sans vie de Lokman Slim a été retrouvé dans sa voiture alors qu’il avait disparu la veille. Sa tête était criblée de cinq balles.

Lokman Slim, 58 ans, était une figure qui imposait le respect, un intellectuel courageux, laïque, qui parlait en toute liberté non sans savoir les risques qu’il courait. Que disait-il de dérangeant ? Il s’en prenait de manière frontale au parti Hezbollah, majoritaire parmi la communauté chiite dont lui-même émanait. Le second parti chiite libanais, Amal, devenu depuis longtemps le faire-valoir du Hezbollah, n’était pas non plus épargné par ses critiques. Pour ne rien dire de la Syrie, sur laquelle l’homme disait aussi les choses, comme lorsqu’il cosigna « Tadmor », en 2016, un documentaire terrifiant sur les pratiques carcérales du régime syrien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct