Etats-Unis: le Parti républicain vend son âme au diable

Marjorie Taylor Greene, mercredi, dans les couloirs du Capitole: le Parti républicain reste divisé sur son cas, mais il ne l’a pas désavouée.
Marjorie Taylor Greene, mercredi, dans les couloirs du Capitole: le Parti républicain reste divisé sur son cas, mais il ne l’a pas désavouée. - AFP

Même en l’absence de Donald Trump, les chefs du Parti républicain ont un problème : comment nier l’évidence de la folie conspirationniste qui déferle dans leurs rangs ? Comment ignorer les provocations absurdes, dangereuses, de certains de leurs pairs, élus par la volonté du peuple mais totalement aveuglés par des haines rances et irrationnelles ?

Depuis le 21 janvier, ce problème se nomme Marjorie Taylor Greene. Mardi soir, le groupe parlementaire républicain a officiellement absous cette nouvelle élue de Géorgie, âgée de 46 ans et notoirement connue pour ses délires verbaux. Il l’a même maintenue au sein de deux commissions, dont celle de l’Education, et lui a offert une ovation debout.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct