Le «cohousing», eldorado immobilier dans le viseur des communes

Des colocations luxueuses et coûteuses, qui peuvent inclure des services tels que le changement hebdomadaire des draps ou la mise à disposition de journaux en ligne.
Des colocations luxueuses et coûteuses, qui peuvent inclure des services tels que le changement hebdomadaire des draps ou la mise à disposition de journaux en ligne. - Dominique Duchesnes.

En farfouillant parmi les annonces de colocation qui pullulent sur Facebook, difficile de les manquer, ces offres qui proposent aux jeunes travailleurs ultramobiles et dynamiques de vivre une « expérience » communautaire en louant une chambre dans un habitat groupé de 8, 12 ou 17 unités, voire plus. Ne dites plus « colocation », mais « cohousing » ou « coliving ». Taillé sur mesure pour séduire la jeunesse internationale de passage à Bruxelles, le modèle met sur le marché des chambres dont les loyers oscillent entre 600 et 750 euros le mois. À ce prix, il promet, en plus de communs à la déco chatoyante, une vie sociale riche et la mise à disposition d’une série de services supervisée par le bailleur professionnel. « Chez nous, ça inclut la flexibilité, les meubles, femme de ménage pour les communs et ce qui est privatif, ou encore les denrées de base, comme le papier toilette ou l’huile. Puis tu as un petit-déjeuner commun une fois par mois, » énumère Youri Dauber, cofondateur de Cohabs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct